• 20 juin 2024 20 h 03 min

Association GEMPPI

Aide aux victimes / Informations / Sensibilisation sur les dérives sectaires

Temps de lecture : 17 min.

Pratiques de méditation liées à des états modifiés de conscience

par Eric W. Dolan,  21 mai 2024,  mindfulness

Des recherches récentes ont révélé que les états modifiés de conscience sont beaucoup plus fréquents chez ceux qui pratiquent la méditation et la pleine conscience qu’on ne le pensait auparavant. Alors que de nombreuses personnes rapportent des résultats positifs et même transformationnels, une minorité importante subit des effets négatifs qui peuvent aller de modérés à graves. Les résultats ont été publiés dans la revue Mindfulness.

La popularité de la méditation, de la pleine conscience, du yoga et des pratiques similaires a augmenté en raison de leurs avantages potentiels pour la santé. Cependant, les expériences et les effets de ces pratiques, en particulier les états modifiés de conscience qu’elles peuvent induire, restent sous-explorés. Des chercheurs du Massachusetts General Hospital ont cherché à étudier la fréquence de ces états modifiés et leur impact sur le bien-être, étant donné le nombre croissant de personnes s’engageant dans ces pratiques.

Pour ce faire, ils ont élaboré un questionnaire détaillé en collaboration avec une équipe d’experts en psychiatrie, en neurosciences, en méditation et en conception d’enquêtes. L’enquête a été conçue pour saisir la diversité des expériences associées à ces pratiques et leur impact sur le bien-être.

L’étude a porté sur 3 135 adultes des États-Unis et du Royaume-Uni. Les participants ont été recrutés via des plateformes en ligne, notamment Amazon Mechanical Turk (MTurk) et Qualtrics, un panel d’enquête commerciale. Un groupe supplémentaire a été tiré des abonnés d’un blog rationaliste populaire. Cette approche mixte a permis d’obtenir un échantillon large et diversifié, couvrant divers milieux démographiques.

Le questionnaire a été conçu pour obtenir des informations détaillées sur les expériences des participants avec des états de conscience altérés. Les chercheurs ont inclus des questions sur des phénomènes spécifiques tels que la déréalisation (un sentiment de détachement de son environnement), les expériences unitives (un sentiment d’unité ou d’unité), les frissons extatiques, les perceptions vives, les changements de taille perçue, les sensations de chaleur corporelle ou d’électricité, les expériences hors du corps et la perception de lumières non physiques.

Le questionnaire comprenait également des questions sur la fréquence, la nature et l’impact perçu de ces expériences sur leur bien-être. Les participants ont été encouragés à fournir des descriptions détaillées de leurs expériences et des effets ultérieurs sur leur santé mentale et physique.

Pour garantir l’exactitude et la pertinence des questions, le questionnaire a fait l’objet de plusieurs séries de tests préalables et d’améliorations. Ce processus a impliqué les commentaires de l’équipe de recherche, des étudiants de troisième cycle et d’un échantillon de travailleurs de MTurk non inclus dans l’étude finale. Cette approche itérative a aidé les chercheurs à affiner l’enquête pour capturer efficacement les nuances des états modifiés de conscience.

L’une des conclusions les plus frappantes est que 45 % des participants ont déclaré avoir subi des états de conscience modifiés non induits par la drogue au moins une fois dans leur vie. Cette prévalence est nettement plus élevée que les 5 % à 15 % de la population qui pratiquent la pleine conscience, ce qui suggère que ces expériences sont plus courantes qu’on ne le pensait auparavant.

L’étude a révélé un large éventail d’états de conscience modifiés chez les participants. Les expériences les plus fréquemment rapportées comprenaient :

  • Déréalisation :17 % des participants ont déclaré se sentir détachés de leur environnement.
  • Expériences unitives :15 % ont ressenti un sentiment d’unité ou d’unité.
  • Frissons extatiques :15 % ont ressenti des sensations de plaisir intenses.
  • Perceptions vives :11 % ont noté des perceptions sensorielles accrues ou aiguisées.
  • Changements dans la taille perçue :10 % ont subi des altérations de la perception corporelle.
  • Chaleur corporelle ou électricité :9 % ont déclaré des sensations de chaleur ou de courants électriques.
  • Expériences hors du corps :8 % se perçoivent comme étant en dehors de leur corps physique.
  • Perception des lumières non physiques :5 % ont vu des lumières qui n’étaient pas physiquement présentes.

Les participants ont rapporté un mélange de résultats positifs et négatifs à la suite de leurs expériences d’états de conscience altérés. Bien que de nombreuses personnes aient décrit ces expériences comme enrichissantes et même transformatrices, une minorité importante a été confrontée à des défis importants. Spécifiquement:

  • Résultats positifs :De nombreux participants ont noté une amélioration de leur bien-être mental et physique, un sentiment accru de connexion et un plus grand sentiment de paix et de clarté.
  • Résultats négatifs :Environ 13 % des participants ont déclaré avoir subi des souffrances modérées ou plus importantes à la suite de leurs expériences. Cette souffrance comprenait des sentiments de misère, de tristesse et d’inconfort existentiel. De manière alarmante, 1,1 % des participants ont décrit leur souffrance comme mettant leur vie en danger.

« Avec de plus en plus de personnes pratiquant la pleine conscience, la méditation et d’autres pratiques contemplatives et corps-esprit, nous avons pensé que les états modifiés et leurs effets pourraient être courants dans la population générale », a déclaré l’auteur principal Matthew D. Sacchet, directeur du programme de recherche sur la méditation au Massachusetts General Hospital et professeur agrégé de psychiatrie à la Harvard Medical School. « Nous avons mené une série d’enquêtes internationales pour enquêter et avons constaté que de telles expériences étaient répandues. »

« Les états altérés étaient le plus souvent suivis d’effets positifs et parfois même transformationnels sur le bien-être », a ajouté Sacchet. « Cela dit, des effets négatifs sur le bien-être ont également été signalés dans certains cas, avec un petit sous-ensemble de personnes signalant des souffrances substantielles. »

Malgré la prévalence importante des expériences négatives, les chercheurs ont constaté que 63% de ceux qui ont souffert n’ont pas demandé d’aide. Parmi ceux qui ont demandé de l’aide, les sources variaient :

  • Fournisseurs de soins de santé généraux :15 % ont demandé l’aide de professionnels de la santé généralistes.
  • Famille et amis :13 % se sont tournés vers leurs réseaux de soutien personnels.
  • Experts en méditation ou en pratiques spirituelles :12 % ont consulté des spécialistes dans le domaine.
  • Fournisseurs de soins de santé spécialisés :8 % ont demandé l’aide de professionnels de la santé mentale.

L’étude a également mis en évidence un manque de sensibilisation aux risques potentiels associés aux états de conscience altérés. Seuls 47 % de tous les répondants avaient entendu parler des risques avant de répondre à l’enquête. Parmi ceux qui ont souffert, 29 % n’étaient toujours pas conscients de ces risques avant de participer à l’étude.

« Plutôt que d’être extrêmement inhabituels et rares, notre étude a révélé que les états modifiés de conscience sont une variante commune de l’expérience humaine normale », a déclaré Sacchet. « Cependant, nous avons constaté que ceux qui subissent des résultats négatifs liés à ces états altérés ne demandent souvent pas d’aide et que les cliniciens sont mal préparés à reconnaître ou à soutenir ce genre d’expériences. »

« Cela a contribué à ce qui pourrait être considéré comme un problème de santé publique, car une certaine proportion de personnes ont du mal à intégrer leurs expériences d’états modifiés dans leurs conceptions existantes de soi et de la réalité. »

Les chercheurs ont reconnu plusieurs limites dans leur étude. Le recours aux données autodéclarées introduit des biais potentiels, car les participants peuvent ne pas se souvenir ou interpréter avec précision leurs expériences. De plus, l’échantillon, bien que diversifié, était limité aux adultes des États-Unis et du Royaume-Uni, ce qui peut ne pas représenter pleinement les expériences mondiales.

Sacchet a souligné la nécessité d’études supplémentaires pour identifier les traits individuels liés à l’expérience d’états modifiés de conscience et la souffrance potentielle qui peut accompagner ces états. Il a également souligné la nécessité d’intégrer ces résultats de recherche dans les pratiques de soins aux patients.

« Nous ne devrions pas rejeter la méditation et d’autres pratiques comme intrinsèquement dangereuses, mais nous devons plutôt mieux comprendre et soutenir les méditants pour réaliser pleinement le potentiel de ces pratiques », a-t-il déclaré. « Comme pour la psychothérapie, la pharmacologie et d’autres outils thérapeutiques, il est important que nous apprenions à mettre en œuvre et à soutenir au mieux les gens lorsqu’ils s’engagent dans ces pratiques puissantes. »

Sacchet a ajouté que « les anciens manuels de méditation des traditions de sagesse peuvent être utiles pour classer et comprendre les états modifiés de conscience. Ils peuvent fournir des conseils sur la façon de mieux gérer les états modifiés lorsqu’ils peuvent être difficiles. Nous avons clairement besoin de plus de recherches pour étudier et comprendre cette possibilité.”

« Un programme clinique sur les états modifiés de conscience devrait être développé pour mieux soutenir les cliniciens qui s’occupent de patients souffrant de ce genre d’expériences », a ajouté M. Sacchet. “De plus, ceux qui enseignent les pratiques de méditation doivent s’assurer que les participants sont conscients du risque potentiel. Ensemble, ces types de mesures de protection contribueront à garantir que ces pratiques très prometteuses et puissantes sont enseignées et expérimentées en toute sécurité.

L’étude, intitulée « Les états modifiés de conscience sont répandus et insuffisamment soutenus cliniquement : une enquête sur la population », a été rédigée par Malcolm J. Wright, Julieta Galante, Jessica S. Corneille, Andrea Grabovac, Daniel M. Ingram et Matthew D. Sacchet.

https://www.psypost.org/meditation-practices-linked-to-altered-states-of-consciousness/

Traduction électronique

 

Étude sur la respiration : le plus grand essai contrôlé à ce jour ne trouve aucun avantage psychologique au-delà de l’effet placebo

 17 JANVIER 2024

Dans une étude révolutionnaire publiée dans Scientific Reports, les chercheurs ont découvert que la respiration cohérente, une technique de relaxation populaire, pourrait ne pas être plus efficace qu’un placebo pour réduire le stress ou améliorer la santé mentale. Les résultats, issus de l’un des essais contrôlés les plus importants et les plus robustes dans ce domaine, suggèrent que les avantages de la respiration cohérente, tels qu’ils sont fournis dans l’étude, pourraient ne pas être aussi importants qu’on le pensait auparavant.

La respiration, la pratique consistant à contrôler consciemment son rythme respiratoire, est un sujet d’intérêt depuis des siècles, souvent lié à divers avantages pour la santé. La respiration cohérente, en particulier, consiste à réguler les respirations à un rythme spécifique et a été pensée pour synchroniser les fonctions respiratoires et cardiovasculaires. Cette pratique, profondément enracinée dans diverses traditions culturelles et spirituelles, a connu un regain de popularité, beaucoup l’adoptant pour ses prétendus avantages dans la réduction du stress, de l’anxiété et l’amélioration du bien-être général. Ce regain d’intérêt, associé à des histoires de réussite anecdotiques, a incité les scientifiques à étudier la véritable efficacité de la respiration cohérente dans un cadre contrôlé.

“La respiration cohérente (alias respiration à fréquence de résonance, respiration résonnante, respiration de cohérence, respiration de biofeedback HRV) est un type de respiration très simple qui est connu pour ses avantages psychophysiologiques. Cependant, aucun essai contrôlé randomisé extrêmement robuste de ce type de respiration et de santé/bien-être mental subjectif n’a été réalisé (voir la méta-analyse précédente et/ou l’article de PsyPost)”, a déclaré l’auteur de l’étude, Guy W. Fincham (@breath_Guy), chercheur en respiration aux écoles de psychologie et de médecine de l’Université du Sussex et membre du Ryoichi Sasakawa Young Leaders Fellowship Fund.

“Nous voulions comparer la respiration cohérente quotidienne à un placebo pendant ~1 mois pour voir s’il y avait des différences sur les résultats subjectifs de santé mentale et de bien-être. Nous voulions également créer un placebo avec une crédibilité et une espérance de bénéfice égales, et des participants aveugles à leur intervention allouée (masquage/dissimulation), qui étaient tous deux rythmés avec des rapports d’inhalation et d’expiration égaux.

L’étude, menée en ligne via la plateforme de recherche Prolific, a impliqué 400 participants. Pour assurer un échantillon diversifié, l’étude comprenait des personnes d’origines diverses, la majorité étant des femmes et d’origine ethnique blanche. Les participants devaient être âgés de 18 ans ou plus, capables de respirer par le nez et avoir accès à des écouteurs. Les critères d’exclusion ont été établis pour omettre les personnes souffrant de conditions susceptibles d’affecter la respiration, telles que des problèmes respiratoires ou cardiovasculaires.

Les participants ont été répartis au hasard dans l’un des deux groupes. Le premier groupe a pratiqué une respiration cohérente à environ 5,5 respirations par minute pendant environ 10 minutes par jour pendant quatre semaines. Cette intervention a été dispensée grâce à des conseils préenregistrés d’un animateur formé (voir ici).

Le deuxième groupe, servant de contrôle, a reçu un exercice de respiration placebo à 12 respirations par minute, correspondant à l’intervention dans tous les aspects sauf le rythme respiratoire (voir l’intervention placebo ici). Ce taux a été choisi car il correspond à l’extrémité inférieure du taux de respiration moyen au repos pour les adultes, ce qui en fait une comparaison crédible mais distincte avec la pratique de la respiration cohérente.

Le principal résultat de l’étude était le stress, mesuré à l’aide de la sous-échelle de stress DASS-21 (Depression Anxiety Stress Scale-21). Les critères de jugement secondaires comprenaient les mesures de l’anxiété, des symptômes dépressifs, du bien-être (évalué par l’indice de bien-être 5 de l’Organisation mondiale de la santé) et des troubles du sommeil (évalués à l’aide de l’échelle PROMIS Item Bank v1.0 – Sleep Disturbance – Short Form 8a). De plus, le questionnaire sur la crédibilité/les attentes (CEQ-6) a été utilisé pour évaluer les croyances et les attentes des participants quant à l’efficacité du protocole de respiration qui leur avait été attribué.

Étonnamment, les résultats n’ont révélé aucune différence significative entre le groupe de respiration cohérente et le groupe placebo dans la réduction du stress. Les deux groupes ont montré une amélioration globale des scores de stress entre le début et la fin de l’intervention, mais l’amélioration n’était pas différente entre les groupes.

De même, pour l’anxiété, la dépression, le bien-être et les troubles du sommeil, il n’y avait pas de différences significatives dans les résultats entre les deux groupes. Les deux groupes ont signalé une amélioration des scores d’anxiété et de dépression et une augmentation des scores de bien-être au fil du temps, sans changement significatif des scores de troubles du sommeil.

« Il s’agissait du plus grand essai contrôlé randomisé sur la respiration à ce jour (400 participants !). Il n’y avait aucune différence sur la crédibilité et l’espérance de bénéfice entre la respiration cohérente et la respiration placebo. Il y a eu des améliorations globales sur les résultats en matière de santé mentale et de bien-être (à l’exception des troubles du sommeil – aucun changement) entre le début et la post-intervention et le suivi dans les deux groupes, mais l’ampleur de cette amélioration n’était pas différente entre les groupes”, a déclaré Fincham à PsyPost.

“En conséquence, nous n’avons trouvé aucun effet mesurable de la respiration cohérente au-delà d’un placebo de respiration bien conçu pour améliorer la santé mentale et le bien-être. Cela ne veut pas dire que la respiration cohérente en général n’aide pas les gens – cette découverte peut être liée à notre approche et à nos méthodes d’intervention, et le sentiment était largement positif à la fois envers le protocole de respiration cohérente (ainsi que la respiration placebo). Je supervise maintenant un étudiant qui analyse toutes les données qualitatives de la réponse, ce qui fournira un contexte beaucoup plus large, et nous espérons publier plus tard cette année.

« Peut-être que le simple fait de prendre 10 minutes de sa journée pour faire une respiration « consciente » est suffisant, quelle que soit la technique », a ajouté Fincham.

Bien que ces résultats soient intrigants, ils ont des limites. L’une des limites est la prestation à distance et non personnalisée de l’intervention, qui manquait de rétroaction en temps réel et n’avait peut-être pas pleinement capturé l’essence des pratiques de respiration cohérentes. De plus, la conception de l’étude, axée sur une seule pratique de respiration standardisée, n’aurait peut-être pas reflété tout le potentiel de la respiration cohérente, qui pourrait être plus efficace lorsqu’elle est adaptée aux besoins individuels et dispensée de manière plus personnalisée.

« Nous devons nous assurer que l’adhésion n’est pas seulement une auto-évaluation subjective et qu’elle est objective et traçable », a expliqué Fincham. « Cependant, en tant que doctorant disposant de ressources limitées, il est difficile de trouver un équilibre entre la réalisation d’un essai à distance et le recrutement du plus grand nombre possible de participants et la possibilité de suivre objectivement l’observance (c’est-à-dire en donnant aux participants les meilleurs appareils portables possibles pour l’étude, puis en les suivant « dans la nature »).

« En bref, essentiellement, le compromis consiste à recruter le plus grand échantillon et à concevoir une étude de la plus haute qualité possible. Mesurer la variabilité de la fréquence cardiaque (VFC – le prétendu avantage le plus important d’une respiration cohérente, en particulier physiologique) dans le groupe ~5,5b/min et placebo (12b/min) aurait été formidable, et/ou augmenter le temps de pratique à 20min/jour (bien que cela n’ait peut-être pas été jugé faisable par beaucoup !). J’espère que nous pourrons le faire à l’avenir à la Brighton & Sussex Medical School. »

« En fin de compte, j’espère que mon travail pourra aider à construire une image plus large fondée sur des preuves des effets psychophysiologiques (et de l’efficacité potentielle) de la respiration », a ajouté Fincham. « Je souhaite mettre en place le « Brighton & Sussex Breathwork Lab », dédié à la recherche et à la pratique de la respiration (les bailleurs de fonds/donateurs me contactent s’ils sont intéressés !) et je suis ouvert à des rôles de conseil, y compris le coaching. Je m’intéresse de plus en plus aux innombrables applications de la respiration dans tous les contextes de récupération et de performance humaines, de la santé au sport.

« J’ai récemment publié cette énorme revue narrative dans la revue Neuroscience & Biobehavioural Reviews sur la respiration intensive et rapide (ce que nous avons appelé la respiration à haute ventilation – la rubrique étant HVB) : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0149763423004220. »

L’étude, intitulée « Effet de la respiration cohérente sur la santé mentale et le bien-être : un essai randomisé contrôlé par placebo », a été rédigée par Guy W. Fincham, Clara Strauss et Kate Cavanagh.

Traduction électronique

https://www.psypost.org/breathwork-study-largest-controlled-trial-to-date-finds-no-psychological-benefits-beyond-placebo-effect/

Analyse critique d’un phénomène où altruisme, commerce et performance ont parfois tendance à se mêler, ou à se brouiller.

Le Soir – 16/09/2016 – Elodie Blogie

La « pleine conscience » est partout : dans les livres, les conférences (comme celle du Dalaï-Lama le week-end dernier)… et les iPhones ! Doit-on tous s’y mettre ? Analyse critique d’un phénomène où altruisme, commerce et performance ont parfois tendance à se mêler, ou à se brouiller.

Alors que l’iPhone 7 a été mis en vente ce vendredi, on apprenait cette semaine qu’Apple avait introduit une nouvelle appli dans son onglet santé : une application « pleine conscience » (lire ci-contre). Les addicts de la marque à la pomme apprendront-ils à se « déconnecter » ? Le ver est dans le fruit, en tout cas. Car que les autres se rassurent : livres, livres audio, conférences, cycles de formations, magazines ; la pleine conscience est partout ! Qu’Apple s’en saisisse dit quelque chose de l’engouement généralisé pour la vague de la « mindfulness ».

Pour les derniers irréductibles qui n’en auraient pas entendu parler, la mindfulness ou « pleine conscience » en français est une technique de méditation, initialement inspirée du bouddhisme. Elle consiste à se recentrer sur ses propres pensées, ses propres actions et motivations et donc à en prendre « pleinement conscience ».

Depuis plusieurs années, elle remporte un succès grandissant notamment pour aider les individus à gérer leur stress, à réguler leurs émotions et leurs pensées négatives, comme l’explique Sandrine Deplus, Docteur en psychologie, responsable du certificat universitaire de l’UCL « Interventions psychologiques basées sur la pleine conscience » : « la rumination est un processus important actuellement : il s’agit de notre tendance à avoir des pensées qui tournent en rond dans notre tête. Ce sont des pensées très générales, très verbales, orientées vers le passé ou le futur. La pleine conscience a pour objectif de nous ramener à notre expérience concrète, ici et maintenant, via un retour au corps. » …

Attention au CV des formateurs

Le côté scientifique rassure également, ajoute le cofondateur d’Emergences, ASBL qui dispense de nombreuses formations mindfulness. C’est que de nombreuses études scientifiques valident en effet ces techniques et leurs bienfaits. Le secteur de la psychologie y a aussi recours : la pleine conscience serait par exemple assez efficace pour prévenir les rechutes dépressives. Dans le même temps, Sandrine Deplus met en garde :

« la pleine conscience n’est pas forcément bénéfique pour tous. Ainsi, pour des personnes ayant subi un traumatisme, ou étant affectées de troubles psychologiques particuliers, l’intervention peut avoir des effets négatifs. D’où l’importance de porter une certaine attention au CV des formateurs. »

Car comme n’importe quelle tendance, la pleine conscience apparaît également comme un nouveau gagne-pain potentiellement très lucratif pour tout opportuniste désireux de se reconvertir. Ilios Kotsou ne nie pas cette dérive, inévitable…

Des problèmes extérieurs, des réponses intérieures

Toutefois s’il est soutenu que tout un chacun possède d’innombrables ressources, force est de constater que la pleine conscience est pratiquée principalement par une certaine frange de la population. « En termes d’âge, nous avons beaucoup de trentenaires, explique Ilios Kotsou.

Au niveau des professions, c’est assez diversifié : dentistes, médecins, journalistes, de nombreux indépendants, issus du monde de l’entreprise, beaucoup d’artistes aussi. Mais, et c’est regrettable, nous devons reconnaître que la majorité des adeptes possède un certain niveau d’éducation. C’est une population socio-culturellement favorisée. » Un « truc de bobos », comme on le dit, en caricaturant ? Se concentrer sur ses pensées, développer toutes ses ressources insoupçonnées… La pleine conscience ne confine-t-elle pas à une forme d’égoïsme et d’éloignement des réalités de l’autre ?

Le risque narcissique existe, estime Carlo Luyckx, président de l’Union Bouddhique Belge : « Le danger est que la pleine conscience suive le même chemin que le yoga : tout le monde en fait, mais pourquoi ? Si on commence à utiliser la méditation uniquement pour soi-même, pour être plus concentré, plus efficace, on perd la motivation altruiste et philosophique qui fonde cette technique… »

Nicolas Marquis reste circonspect sur cette question : « Ces techniques ont pour point commun de pousser les individus qui rencontrent des problèmes dont les causes sont extérieures à eux – stress au travail, burn-out ou simples embouteillages – à y répondre en internalisant la responsabilité. »

En d’autres termes, le problème est extérieur mais c’est l’individu lui-même qui est appelé à y répondre en puisant dans ses ressources, pas en questionnant les causes de ces ennuis. Or, « cela correspond à une logique socialement très valorisée, poursuit le sociologue. Dans un contexte où les entités collectives, comme les partis politiques ou les syndicats, sont fortement discrédités, l’individu est appelé à se saisir de la seule marge de manœuvre dont il dispose : lui-même. »

Pour Nicolas Marquis, parler d’égoïsme ou de désintérêt pour l’action collective n’est donc pas correct. Mais il semble que le travail sur soi soit devenu la seule façon d’agir. Un peu à l’instar des initiatives locales, citoyennes, potagers bio & co, dans le sillage du film Demain. « Il y a en ce sens quelque chose de «magique» à penser qu’une addition de gens qui travaillent sur eux-mêmes va un jour donner lieu à un grand renversement planétaire et déboucher sur un monde meilleur », glisse le professeur…

http://plus.lesoir.be/59724/article/2016-09-16/pourquoi-la-pleine-conscience-seduit-tant

L’avis du GEMPPI

Si la méditation en elle-même n’est pas une dérive sectaire, le GEMPPI a constaté que depuis quelques années cette pratique est le produit d’appel de quasiment toutes les sectes de type nouvel âge. De plus, l’introduction dans certaines institutions de la méditation laisse soupçonner une forme de prosélytisme rampant au profit du bouddhisme et des croyances associées. Ceci nous amène à relativiser au travers de ces articles cette pratique  qui est présentée par certains  comme une panacée.

Anxiété, dépression… Mindfulness ou quand la méditation rend malade

Slate.fr – Science & santé – 26.01.2016

Un nouvel ouvrage remet en cause le discours unanime entourant la pratique de la méditation. Vous êtes assis en tailleur. Il règne un silence pesant. Vous ouvrez discrètement l’œil gauche. Puis l’œil droit. Tout le monde semble concentré. «Pourquoi je n’y arrive pas?» Si cette situation vous semble familière, ne vous inquiétez pas. La méditation aurait parfois des effets néfastes, particulièrement la méditation «en pleine conscience», aussi connue sous le nom de «Mindfulness». C’est ce que rapporte The Guardian, à l’occasion de la sortie du livre The Buddha Pill, écrit par le docteur Miguel Farias et Catherine Wikholm.

Pour les bouddhistes, la méditation en pleine conscience est «la troisième forme de sagesse». Il s’agit de se focaliser sur le moment présent et d’examiner les sensations. Cette technique s’est développée aux États-Unis à la fin des années 1970, avec le programme lancé par le professeur de médecine Jon Kabat-Zinn à l’université du Massachussetts. Des célébrités comme Gwyneth Paltrow ou Russell Brand ont même vanté les effets positifs de la méditation. En janvier 2014, le magazine Time allait même jusqu’à consacrer sa une à «la Mindful Revolution».

Un enthousiasme unanime que le docteur Farias a commencé à questionner. Son intérêt pour les effets négatifs du Mindfulness grandit lorsqu’une patiente lui raconte son expérience. Louise a 50 ans. Depuis vingt ans, elle pratique régulièrement le yoga. Sa vie bascule lorsqu’elle part en retraite de méditation pour un week-end. Bien qu’elle se sente «détachée d’elle-même», elle continue les exercices, convaincue qu’il s’agit d’un bon signe, explique Farias à CBC Radio. Le lendemain, elle sent une fatigue générale «et refuse de sortir de son lit».

Pendant les quinze années qui suivent, Louise est sous antidépresseurs. Il pourrait s’agir d’un cas isolé. Mais le docteur Farias estime qu’il est impossible de connaître l’étendue du problème car «les chercheurs n’ont pas pu les mesurer et ont même pu décourager les gens à témoigner».Il cite l’étude de Dean Shapiro, professeur à l’université de Californie. Sur un groupe de personnes ayant une pratique de la méditation hétérogène, 63% ont souffert d’au moins un effet négatif, et 7% ont été sujets à dépression, anxiété et panique. Toutefois, cette recherche a ses limites: elle date de 1992 et l’échantillon est peu représentatif.

Une mauvaise approche de la méditation – «La méditation est semblable à des lentilles sur le feu. L’écume remonte à la surface pendant la cuisson», décrit Farias au micro de CBC Radio. Le principe de la méditation tel qu’il est envisagé dans les cultures bouddhistes et hindoues n’est pas d’évacuer le stress mais de secouer la personne.

Le magazine islandais Good cite Andrew Holecek, professeur et spiritualiste bouddhiste: «Pratiquée correctement, [la méditation] peut aider à nous distancier de nous même et à tirer profit de ce qui nous habite. Mais elle peut également exacerber certains troubles dissociatifs ou de dépersonnalisation.»

La vision occidentale de la méditation comme antistress est superficielle, poursuit Miguel Farias sur la radio canadienne: «Nous avons beaucoup de chambres secrètes à l’intérieur de nous. […] Lorsque nous ébranlons des structures ancrées, c’est normal de se trouver face à quelque chose d’inattendu. Et parfois, nous ne sommes pas prêts à nous y confronter.»

Une version initiale de l’article indiquait à tort qu’un témoignage sur The Frame Problem expliquait que les adeptes de Mindfulness agissaient soit par auto-persuasion, soit subissaient un effet placebo.

http://www.slate.fr/story/113191/quand-meditation-rend-malade

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/20150917.OBS5989/et-si-la-meditation-de-pleine-conscience-favorisait-la-creation-de-faux-souvenirs.html

“La méditation déstructure et transforme le rapport au temps”

Par Elena Sender– 18-09-2015 -Mis à jour le 28-09-2015 – ALEJANDRO PAGNI / AFP – Si elle présente de nombreux atouts, la pratique de la méditation pourrait aussi favoriser la création de faux souvenirs. Elle soulage l’anxiété, le stress, la dépression, elle améliore notre sommeil et protègerait même notre cerveau du déclin, la méditation de pleine conscience est une pratique mentale puissante qui ne cesse de prouver ses bienfaits scientifiquement et fait de plus en plus d’émules. Elle ne présente a priori que des bénéfices et pourtant… “Nos résultats mettent en lumière une conséquence inattendue de la méditation de pleine conscience, rapporte Brent Wilson de l’université de Californie à San Diego (Etats-Unis), premier auteur d’une étude publiée dans Psychological Science. L’équipe révèle, en effet, que la pratique méditative semble favoriser la constitution de faux-souvenirs.

Dans deux expériences, près de trois cents participants ont été divisés en deux groupes. Le premier a été invité à pratiquer quinze minutes de méditation guidée où les sujets devaient se concentrer sur leur souffle. Le second a eu pour consigne de seulement rester au calme et penser à ce qui lui venait à l’esprit. Puis tous ont été soumis à un test de mémorisation classique. On leur a fait lire une même liste de quinze mots ayant un lien sémantique. Ici c’était autour du concept “d’ordures”, avec par exemple comme mots “poubelle”, “déchets”, “eaux usées”, etc. sans pour autant que le mot clé “ordures” n’apparaisse. Ensuite, on leur a demandé de restituer autant de mots que possible. Et là, surprise ! Si tous se sont souvenus d’autant de mots, 39% des participants du groupe “méditation” se sont rappelés avoir lu le mot “ordures” dans la liste – qui n’y était pas –  contre 20%  seulement dans le groupe témoin! “Ces résultats démontrent une conséquence potentielle inattendue de la méditation de pleine conscience pour laquelle les souvenirs deviennent moins fiables”, concluent les auteurs.

La méditation déstructure les repères habituels et transforme le rapport au temps” – Dr Yasmine Lienard, psychiatre et spécialiste de la méditation de pleine conscience

Devant ces conclusions étonnantes de prime abord, Sciences et Avenir a demandé quelques éclaircissements au Dr Yasmine Lienard, psychiatre et spécialiste des thérapies fondées sur la méditation de pleine conscience. Nous lui avons demandé si ces résultats la surprenaient, voici sa réponse : “Non je ne suis pas surprise. Lorsqu’on médite, il y a comme un état de sidération. On apprend à oublier qui on est, où l’on est selon nos concepts habituels et cela peut créer une désorganisation cognitive secondaire. La méditation déstructure les repères habituels et transforme le rapport au temps. Les personnes vont mieux mais le rapport au monde est transformé. Cela doit être accompagné et pour qu’il n’y ait pas de conséquences sur la vie quotidienne. II faut trouver des ressources pour rester stable. Toutefois cela n’arrive que rarement, il faut méditer régulièrement et longtemps. Pour ma part je peux témoigner que ma mémoire à long terme est moins bonne après 10 ans de méditation. En revanche j’ai décuplé des facultés de mémoire immédiate. Normal vu que je m’entraîne à oublier le passé chaque jour !”

Partagez cet article :

By admin